Député du cher

Yves Fromion

Y.Fromion
Pour le Cher et pour vous !Député de la première circonscription du Cher

Yves Fromion

Présentation

Député de la 1ère circonscription du Cher Né le 15 septembre 1941 à Vorly (Cher)

Parcours professionnel :

1961 – 1978 : Officier d’active

  • 1961-1963 :  École Spéciale Militaire de  Saint-Cyr
  • 1963-1964 : École de Cavalerie de Saumur
  • 1964-1973  : Officier dans l’Armée Blindée et dans l’Aviation légère de l’Armée de Terre (pilote d’hélicoptère)
  • 1973-1975 : Cabinet du Ministre de la Défense (Aide de camp du Ministre)

 – R.GALLEY (1973) – G. SOUFFLET (1974) – Y. BOURGES (1975)

  • 1976-1978 : 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine – Groupement opérationnel.

1978 – 1997 : Corps préfectoral

  • 1978-1980 : Sous-Préfet Directeur de Cabinet du Préfet de l’Yonne
  • 1980-1983 : Chef de Cabinet du Préfet de Police de Paris
  • 1983 -1986 : En disponibilité du Corps Préfectoral
  • Chargé de mission au Cabinet de Jacques Chirac, Maire de Paris
  • 1986-1997 :  Réintégration dans l’Administration préfectorale Directeur Gal de la Commune de Paris

Mandats électifs :

  • 1983 : Adjoint au Maire de Charny (Yonne)
  • 1986 – 1998 : Élu Conseiller Régional du Centre (Président de Commission)
  • 1989 : Élu Maire d’Aubigny sur Nère
  • 1992 : Réélu Conseiller Régional du Centre
  • 1992 : Vice-Président du Conseil Régional du Centre
  • 1995 : Réélu Maire d’Aubigny-sur-Nère
  • 1996 : Élu Président du Syndicat du Pays Cher-Nord
  • 1997 : Élu Député de la 1ère circonscription du Cher
  • depuis 2002 : – Réélu Député de la 1ère circonscription du Cher (en 2002, 2007 et 2012)
  • Mandat : réélu le 17/06/2012 (élections générales)

Commission :

  • Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées
  • Membre de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi organique relatif à la nomination des présidents des sociétés de l’audiovisuel public et le projet de loi sur le service public de la télévision
  • Membre de la commission des affaires européennes

Groupe d’études :

  • Président : – vol libre et aviation légère
  • Vice-Président :  Industries mécaniques – Sahara occidental
  • Membre : Chrétiens d’Orient – Espace -Industries agro-alimentaires et filière agricole – Intégration des personnes handicapées – Métaux précieux – Œnologie et territoires – PME – politiques de la ruralité – Rapatriés – Tourisme – Viticulture

Groupe d’amitié :

  • Président du Groupe d’Amitié France-Laos

UMP du Cher (ump18.org)

Fonctions dans les instances internationales ou judiciaires :

      • Membre de la Section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie.

Organismes extra-parlementaires :

                    • Membre titulaire du comité des prix de revient des fabrications d’armement
                    • Administrateur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

Rencontrez, Contactez

Mon équipe

VFenoll
Véronique FenollDepuis 2012Suppléante
Première maire adjointe
de Bourges

laurence_renier
Laurence RenierDepuis 1998Collaboratrice parlementaire
Circonscription

Valerie-Petat
Valérie PetatDepuis 2013Collaboratrice parlementaire
Circonscription

Sophie-de-La-Motte
Sophie de La MotteDepuis 2013Collaboratrice parlementaire
Assemblée Nationale

Pour le cher et pour vous !

Yves Fromion

Les derniers articles

CONSTAT DU DÉSORDRE POLITIQUE AMBIANT

Les positionnements de Fillon et Macron sont illustratifs du désordre politique ambiant. La campagne présidentielle, dont le système médiatique a fait
« sa chose », échappe à l’entendement rationnel.

Comment contrer cette dérive ? Il est sans doute trop tard pour l’actuelle élection. Mais pour le futur, il est impératif de distinguer entre une élection où se jouent des enjeux majeurs pour notre pays et les émissions de téléréalités qui font les choux gras du système médiatique.
C’est aux politiques à redresser la barre… s’ils en ont la volonté !
IMG_3436

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE Me LEVY ET Me CORNUT GENTILLE

Paris, le 24 février 2017.
Très logiquement, le parquet national financier est parvenu au constat que son enquête ne pouvait se poursuivre dans sa forme actuelle. C’est uniquement afin d’interrompre la prescription en raison d’une loi qui vient d’être votée qu’une information judiciaire a été ouverte. Le PNF confirme, ce faisant, qu’il n’a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies.
En effet, une citation directe devant le Tribunal aurait eu le même effet d’interruption de la prescription.
Alors que depuis le début, la présomption d’innocence a volé en éclat, nous ne doutons pas qu’à l’issue d’une procédure sereine, avec des juges indépendants, l’innocence de François et Pénélope FILLON sera enfin reconnue.
La procédure d’enquête préliminaire, non contradictoire et émaillée de fuites à charge préjudiciables à l’exercice serein de la justice, était inacceptable, surtout à quelques semaines de l’élection présidentielle.

Comment le PNF enfreint le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs…

Puisque le Parquet national financier, enfreignant les règles sur le secret des procédures judiciaires, indique à la Presse que « de nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager en l’état un classement sans suite de la procédure » ; qu’il aille plus loin et dise si les « éléments » dont il s’agit se rapportent à la fonction d’assistante parlementaire de Pénélope Fillon, ou s’ils sont liés à sa collaboration avec la revue des Deux Mondes.
On comprend que le PNF ne soit pas pressé de rendre son « oracle ». D’abord, parce que le pouvoir de gauche, avec lequel il entretient des rapports de subordination, n’est pas pressé de mettre un terme à une procédure aussi « juteuse » politiquement parlant.

En savoir +

Lettre du Cher N° 141 Février 2017

Télécharger la Lettre du Cher N° 141

LDC 141

Sommaire :

  • EDITO
  • Élysée… la machination
  • Élection présidentielle la fiction dépasse la réalité !
  • Attaché parlementaire

Présidentielle 2017… mais si on va gagner !

Les électeurs de la Droite et du Centre disent avoir du mal à se remettre de la tornade politico-médiatique déclenchée autour de l’affaire Fillon. On les comprend et leur réaction prouve que l’opération a atteint son but. C’est pourquoi elle ne va pas s’arrêter de si tôt ! Tous les jours, les médias de gauche reprendront et rabâcheront les mêmes histoires pour saturer la réflexion du public, reprenant ainsi les méthodes éprouvées du fascisme, du communisme et de la manipulation des masses.
L’enjeu est en effet majeur pour la Gauche que l’on disait menacée de disparaître du paysage politique dès le premier tour de l’élection présidentielle. Eh bien, elle se bat avec ses armes, sans état d’âme, sans scrupules !
Et nous, la Droite et le Centre, on va rester l’arme au pied, tétanisés ?
Il est vrai que François Fillon a prêté le flanc à l’adversaire et qu’il s’est plutôt mal défendu. Mais on ne va quand même pas céder à la Gauche pour autant. Une Gauche dont on voit tous les jours où elle a conduit la France… Or, c’est bien de la France qu’il s’agit.
François Fillon a gagné la Primaire sur son programme et pas seulement sur sa bonne mine. Eh bien, c’est ce programme, indispensable à la France, qu’il faut absolument mettre en œuvre. Nous devons donc gagner avec F Fillon… Il n’y a pas d’alternative. Relevons la tête et le défi !

Saisine de Mme la Préfète au sujet des conséquences de la réforme des ZDS

Madame la Préfète,

Lors de notre rencontre en Préfecture le 16 janvier, j’ai appelé votre attention sur les conséquences désastreuses pour l’élevage en Pays-Fort de la réforme en cours des « Zones Défavorisées Simples » (ZDS) initiée par l’Union européenne et mise en œuvre par le Ministère de l’agriculture. Je sais que vous êtes informée de cette problématique.

La méthodologie de classement en Zones Soumises à Contraintes Naturelles (ZSCN) a conduit dans notre département, par un fusionnement technocratique du Pays-Fort et du Sancerrois qui n’ont pourtant guère de traits communs en matière agricole, a un déclassement de cette zone et par conséquence à son exclusion de la catégorie ZSCN. En effet, en faisant la moyenne des revenus fusionnés des exploitations agricoles du Pays-Fort et du Sancerrois on obtient un résultat suffisamment élevé pour que le dispositif d’Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel ne trouve pas de légitimité à s’appliquer !!!

En matière d’aberration technocratique on peut difficilement trouver mieux. Qui oserait en effet comparer les revenus d’une ferme du Pays-Fort et ceux d’une exploitation viticole sancerroise ?

Donc les éleveurs du Pays-Fort ne pourront plus prétendre à l’Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel qui représente pourtant une part très significative dans l’équilibre financier fragile de leurs exploitations.
Plus extraordinaire encore, la quasi-totalité des terres agricoles du Cher, dont la Champagne berrichonne où les bovins sont aussi nombreux que les autruches en Antarctique, peut prétendre à l’ICHN, ce qui n’a aucun intérêt ni aucun sens !

Pour qui connaît la situation de l’élevage dans notre département et notamment en Pays-fort, il ne fait aucun doute que cette admirable réforme signe l’arrêt de mort des agriculteurs-éleveurs avec pour corollaire les inévitables drames sociaux et l’intensification de la désertification rurale déjà en marche. Alors même que l’agriculture dans notre département traverse une crise d’une ampleur inégalée, aux conséquences redoutables, on ne peut laisser porter un nouveau coup à cette activité.

C’est la raison pour laquelle, Madame la Préfète, il convient d’appeler à une mobilisation de tous les acteurs, notamment au niveau gouvernemental, pour éviter la catastrophe qui s’annonce.

Je me tiens bien entendu à votre disposition pour accompagner votre action en vous remerciant de la suite qui sera donnée à ma démarche.

Veuillez agréer, Madame La Préfète, l’expression de ma haute considération.

Pour prendre rendez-vous contacter mon secrétariat au 02 48 81 50 29 ou Remplissez le formulaire ci-dessous pour

Me contacter

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

PERMANENCE AUBIGNY-SUR-NÈRE

4, rue du Château – 18700 AUBIGNY-SUR-NÈRE
Tél. : 02 48 81 50 29 / Fax : 02 48 58 21 34

PERMANENCE BOURGES

11, rue de Séraucourt – 18000 BOURGES
Pour prendre rendez-vous contactez mon secrétariat au :
02 48 81 50 29