Député du cher

Yves Fromion

Y.Fromion
Pour le Cher et pour vous !Député de la première circonscription du Cher

Yves Fromion

Présentation

Député de la 1ère circonscription du Cher Né le 15 septembre 1941 à Vorly (Cher)

Parcours professionnel :

1961 – 1978 : Officier d’active

  • 1961-1963 :  École Spéciale Militaire de  Saint-Cyr
  • 1963-1964 : École de Cavalerie de Saumur
  • 1964-1973  : Officier dans l’Armée Blindée et dans l’Aviation légère de l’Armée de Terre (pilote d’hélicoptère)
  • 1973-1975 : Cabinet du Ministre de la Défense (Aide de camp du Ministre)

 – R.GALLEY (1973) – G. SOUFFLET (1974) – Y. BOURGES (1975)

  • 1976-1978 : 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine – Groupement opérationnel.

1978 – 1997 : Corps préfectoral

  • 1978-1980 : Sous-Préfet Directeur de Cabinet du Préfet de l’Yonne
  • 1980-1983 : Chef de Cabinet du Préfet de Police de Paris
  • 1983 -1986 : En disponibilité du Corps Préfectoral
  • Chargé de mission au Cabinet de Jacques Chirac, Maire de Paris
  • 1986-1997 :  Réintégration dans l’Administration préfectorale Directeur Gal de la Commune de Paris

Mandats électifs :

  • 1983 : Adjoint au Maire de Charny (Yonne)
  • 1986 – 1998 : Élu Conseiller Régional du Centre (Président de Commission)
  • 1989 : Élu Maire d’Aubigny sur Nère
  • 1992 : Réélu Conseiller Régional du Centre
  • 1992 : Vice-Président du Conseil Régional du Centre
  • 1995 : Réélu Maire d’Aubigny-sur-Nère
  • 1996 : Élu Président du Syndicat du Pays Cher-Nord
  • 1997 : Élu Député de la 1ère circonscription du Cher
  • depuis 2002 : – Réélu Député de la 1ère circonscription du Cher (en 2002, 2007 et 2012)
  • Mandat : réélu le 17/06/2012 (élections générales)

Commission :

  • Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées
  • Membre de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi organique relatif à la nomination des présidents des sociétés de l’audiovisuel public et le projet de loi sur le service public de la télévision
  • Membre de la commission des affaires européennes

Groupe d’études :

  • Président : – vol libre et aviation légère
  • Vice-Président :  Industries mécaniques – Sahara occidental
  • Membre : Chrétiens d’Orient – Espace -Industries agro-alimentaires et filière agricole – Intégration des personnes handicapées – Métaux précieux – Œnologie et territoires – PME – politiques de la ruralité – Rapatriés – Tourisme – Viticulture

Groupe d’amitié :

  • Président du Groupe d’Amitié France-Laos

UMP du Cher (ump18.org)

Fonctions dans les instances internationales ou judiciaires :

      • Membre de la Section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie.

Organismes extra-parlementaires :

                    • Membre titulaire du comité des prix de revient des fabrications d’armement
                    • Administrateur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

Rencontrez, Contactez

Mon équipe

VFenoll
Véronique FenollDepuis 2012Suppléante
Première maire adjointe
de Bourges

laurence_renier
Laurence RenierDepuis 1998Collaboratrice parlementaire
Circonscription

Valerie-Petat
Valérie PetatDepuis 2013Collaboratrice parlementaire
Circonscription

Sophie-de-La-Motte
Sophie de La MotteDepuis 2013Collaboratrice parlementaire
Assemblée Nationale

Pour le cher et pour vous !

Yves Fromion

Les derniers articles

Réforme des ZRR : le Gouvernement s’acharne pour le Pays-Fort

Après le difficile combat mené pour la réintégration du Pays Fort dans les Zones Défavorisées Simples et le dispositif des aides spécifiques (ICHN) qui s’y attachent, voici que ce malheureux territoire est confronté à une nouvelle attaque de ceux qui manifestement souhaitent sa perte.

Comme l’ensemble des parlementaires j’ai reçu il y a quelques jours un courrier de Monsieur Baylet, Ministre de l’aménagement du territoire de la ruralité et des collectivités territoriales, faisant le point sur la réforme, dont il a pris l’initiative, du dispositif des Zones de Revitalisation Rurales (ZRR), entrée en vigueur en 1995 à l’initiative de Charles Pasqua.

Pour le Pays Fort et pour plus d’une centaine de communes du Cher c’est un nouveau désastre puisque ces territoires sont désormais exclus du dispositif ZRR et des avantages qui s’y attachent. C’est sans doute ce que le gouvernement appelle une politique ambitieuse en faveur du monde rural…

Aussitôt informé, j’ai pris l’attache de la Préfète du Cher Madame Nathalie Colin, pour obtenir des explications et évoquer les perspectives d’une réaction concertée afin de tenter de ramener le gouvernement à la raison.

La Préfète a décidé de réunir les parlementaires lundi 20 mars pour faire le point… on verra donc !

Les ZRR ont été créées pour apporter un soutien concret aux espaces ruraux les plus fragiles. Un nombre important de dispositions techniques favorables au développement économique et social composent ce dispositif. Pour notre malheur (!) le Gouvernement a chargé deux parlementaires de réfléchir à une réforme du dispositif des ZRR et de proposer des améliorations. Pour le Cher le résultat de ce travail est… calamiteux.

Cette situation est évidemment inacceptable et une mobilisation massive et déterminée apparaît indispensable pour faire plier le Gouvernement et ramener un peu de bon sens dans la gestion politique de la ruralité, laquelle n’a jamais été aussi maltraitée.

Réponse à monsieur Sorcelle

Bonsoir Monsieur,

Lors de l’Assemblée Générale de la FDSEA du Cher organisée à Brinay vendredi 10 mars vous m’avez interpellé pour vous féliciter, je vous cite, du bon travail que nous avons fait ensemble pour le Pays Fort, entendant par-là que vous vous attribuiez une responsabilité dans l’heureuse décision qui sauvegarde les intérêts des éleveurs du territoire avec le maintien de l’ICHN.

Vous avez noté ma surprise car je n’avais jamais eu connaissance que vous vous soyez occupé le moins du monde de ce dossier. Je n’ai d’ailleurs trouvé nulle trace, à quelque niveau que ce soit d’une quelconque action de votre part.

Prenez bonne note que je ne souhaite pas servir de faire-valoir ou de caution en dépit de mon plein gré dans l’intérêt d’une démarche de communication politico-électorale à votre profit.

J’ai passé l’âge des naïvetés !

On me dit que vous avez été un professionnel de la communication, notamment dans les laboratoires Servier fabricants du Médiator de sinistre réputation, dont la presse nous reparle en ce moment.

Vous savez donc comment on appelle la communication abusive.

Yves FROMION

L’Agriculture en Pays Fort ne sera pas sacrifiée

L’agriculture en Pays Fort ne sera pas sacrifiée…

Accompagné d’une délégation de la FDSEA du Cher, composé d’Arnaud Lespagnol, son Président, de Thierry Charpentier et Isabelle Pintenat, j’ai été reçu ce matin par Monsieur Julien Turenne, Chef du service Compétitivité et Performance environnementale du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, pour évoquer les conséquences désastreuses pour le Pays Fort-Sancerrois, de la réforme des « zones défavorisées simples ».

De cette rencontre, il ressort :

  1. Qu’une solution préservant les intérêts des exploitants agricoles du Pays Fort a été élaborée et qu’elle est en passe d’être mise en œuvre. Celle-ci repose sur la double prise en compte du caractère géographique bocager du territoire, et sur l’importance de l’emploi agricole.
  2. Que l’effectivité de cette nouvelle approche doit être validée par une réunion ministérielle prévue courant avril, pour en arrêter les aspects budgétaires.
  3. Qu’il y a donc matière à considérer que, grâce à la mobilisation qui a été forte, la menace qui pesait sur l’agriculture et l’élevage du Pays Fort est aujourd’hui écartée.

Dans le contexte si difficile que connaît l’agriculture du Cher, voici une bonne nouvelle.

Intervention d’Yves Fromion à l’occasion de la dernière audition de Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, par la Commission de la Défense le 22 Février 2017. Si Jean-Yves Le Drian s’est acquis une réputation flatteuse comme Ministre de la Défense, il le doit essentiellement aux excellents résultats de nos exportations de matériel militaire, dont le mérite lui revient en partie. Pour le reste, il porte la très lourde responsabilité avec François Hollande, de laisser pour héritage une armée en piteux état faute d’avoir su la doter d’un budget à la hauteur des besoins criants qui s’expriment. Hollande aura usé jusqu’à la corde notre outil de Défense, dont il a fait un moyen fort utile pour sa propre promotion politique. Mais Hollande a plus encore enlisé militairement et diplomatiquement la France dans des « aventures » africaines qui sont autant d’impasses.

Monsieur le Ministre,

Je souhaite vous présenter trois observations assorties d’une question très courte :

1-     Le budget de la Défense se résume dans la formule « dona eis panem quotidianum », et il ne permet, en dépit d’une réelle mais très faible tendance haussière, que la couverture des besoins strictement consécutifs aux décisions prises par le Président de la République face au terrorisme, sur le sol national comme en opérations extérieures. Il n’apporte pas de solution aux carences capacitaires grandissantes qui affectent nos armées, en consacrant la faillite de la Loi de programmation militaire, pourtant actualisée à deux reprises ! Si ce n’était pas le cas, si mon propos était contesté, pourquoi les chefs d’état-major sonneraient-ils le tocsin urbi et orbi ?

2-     La France s’enlise au Sahel, et notamment au Mali, comme plusieurs de mes collègues ont pu le constater. La rébellion djihadiste est à peine contenue au Nord, grâce à Barkhane et Sabre, mais elle s’emballe dans le centre du pays où elle tente sa jonction avec Boko Haram, ce qui placerait nos forces en situation délicate. Les accords d’Alger ne sont toujours qu’un vœu pieux, rendant illusoire, la perspective d’une issue politique au Mali. La Minusma et EUTM Mali ne sont même pas pour la France, une perspective de relève crédible.

Le risque est que le pourrissement de la situation entraîne un retournement de l’opinion publique au sahel, voire plus largement encore. Cela finirait par rendre illégitime la présence française et nous renvoyer vers un passé douloureux encore vivace…

3-     Les réticences, voire en fait le refus, de l’UE de prendre en charge la contrepartie budgétaire de l’effort militaire français au Sahel, constituent un grave camouflet pour le Président de la République et la diplomatie française, cet échec accroît le désordre de nos finances publiques.

Vos initiatives en la matière, depuis 2012, ont toutes échoué, faute d’une volonté et d’une autorité suffisantes.

Il existe pourtant une voie, ouverte par Margaret Thatcher lorsqu’elle exigea une ristourne sur la contribution britannique au budget de l’UE, jugée par elle excessive.

Vous auriez dû suivre cet exemple et exiger une réduction de notre contribution au budget européen d’un milliard d’Euros, contrepartie de notre action en Afrique. De la sorte, vous contourniez les interdits du TUE sur le financement d’initiatives militaires.

Mais vous êtes restés tétanisés, face aux technocrates de Bruxelles qui ne comprennent que les rapports de force.

Voilà, Monsieur le Ministre, trois reproches qui ne peuvent pas vous surprendre et voici ma question : que proposez-vous pour sortir la France des trois impasses où la politique de François Hollande l’a engagée ?

CONSTAT DU DÉSORDRE POLITIQUE AMBIANT

Les positionnements de Fillon et Macron sont illustratifs du désordre politique ambiant. La campagne présidentielle, dont le système médiatique a fait
« sa chose », échappe à l’entendement rationnel.

Comment contrer cette dérive ? Il est sans doute trop tard pour l’actuelle élection. Mais pour le futur, il est impératif de distinguer entre une élection où se jouent des enjeux majeurs pour notre pays et les émissions de téléréalités qui font les choux gras du système médiatique.
C’est aux politiques à redresser la barre… s’ils en ont la volonté !
IMG_3436

Pour prendre rendez-vous contacter mon secrétariat au 02 48 81 50 29 ou Remplissez le formulaire ci-dessous pour

Me contacter

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

PERMANENCE AUBIGNY-SUR-NÈRE

4, rue du Château – 18700 AUBIGNY-SUR-NÈRE
Tél. : 02 48 81 50 29 / Fax : 02 48 58 21 34

PERMANENCE BOURGES

11, rue de Séraucourt – 18000 BOURGES
Pour prendre rendez-vous contactez mon secrétariat au :
02 48 81 50 29