Action politique UMP

Message adressé à Franck Simon, journaliste au Berry Républicain

Bonjour Franck,

Je relève dans le Berry Républicain de ce matin que le « peu de poids des décideurs locaux » expliquerait le désintérêt des leaders politiques nationaux pour le Cher !
Sans doute… et j’en suis d’autant plus convaincu que votre journal s’est attaché cette semaine à démontrer que je n’avais aucune influence sur les électeurs de ma circonscription… comme on en a la preuve depuis 30 ans !!!
D’ailleurs, les résultats de dimanche le prouvent encore avec un Macron, qui dans ma circonscription, ne parvient à dépasser Fillon que d’un point, et ce, en dépit de Bourges « macronisée », comme vous le savez, par une UDI déjà occupée« à la soupe ».
Mais permettez-moi une réflexion.
Quel intérêt les leaders politiques nationaux trouveraient-ils à se déplacer dans le Cher, département « sinistré » au plan médiatique, avec un unique journal au format départemental et pas de couverture télévisée ?
Ça ne vous interpelle pas ?
Je comprends que cela puisse ne pas vous faire plaisir, mais c’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés quand nous tentons d’attirer chez nous des « vedettes ».
Ceci étant dit, je vous indique que Laurent Wauquiez sera dans ma circonscription le 4 mai après-midi, notamment pour soutenir Wladimir d’Ormesson.
Mais ne vous sentez pas obligé d’en parler…
Cordialement
Y Fromion

CONSTAT DU DÉSORDRE POLITIQUE AMBIANT

Les positionnements de Fillon et Macron sont illustratifs du désordre politique ambiant. La campagne présidentielle, dont le système médiatique a fait
« sa chose », échappe à l’entendement rationnel.

Comment contrer cette dérive ? Il est sans doute trop tard pour l’actuelle élection. Mais pour le futur, il est impératif de distinguer entre une élection où se jouent des enjeux majeurs pour notre pays et les émissions de téléréalités qui font les choux gras du système médiatique.
C’est aux politiques à redresser la barre… s’ils en ont la volonté !
IMG_3436

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE Me LEVY ET Me CORNUT GENTILLE

Paris, le 24 février 2017.
Très logiquement, le parquet national financier est parvenu au constat que son enquête ne pouvait se poursuivre dans sa forme actuelle. C’est uniquement afin d’interrompre la prescription en raison d’une loi qui vient d’être votée qu’une information judiciaire a été ouverte. Le PNF confirme, ce faisant, qu’il n’a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies.
En effet, une citation directe devant le Tribunal aurait eu le même effet d’interruption de la prescription.
Alors que depuis le début, la présomption d’innocence a volé en éclat, nous ne doutons pas qu’à l’issue d’une procédure sereine, avec des juges indépendants, l’innocence de François et Pénélope FILLON sera enfin reconnue.
La procédure d’enquête préliminaire, non contradictoire et émaillée de fuites à charge préjudiciables à l’exercice serein de la justice, était inacceptable, surtout à quelques semaines de l’élection présidentielle.

Comment le PNF enfreint le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs…

Puisque le Parquet national financier, enfreignant les règles sur le secret des procédures judiciaires, indique à la Presse que « de nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager en l’état un classement sans suite de la procédure » ; qu’il aille plus loin et dise si les « éléments » dont il s’agit se rapportent à la fonction d’assistante parlementaire de Pénélope Fillon, ou s’ils sont liés à sa collaboration avec la revue des Deux Mondes.
On comprend que le PNF ne soit pas pressé de rendre son « oracle ». D’abord, parce que le pouvoir de gauche, avec lequel il entretient des rapports de subordination, n’est pas pressé de mettre un terme à une procédure aussi « juteuse » politiquement parlant.

En savoir +

Présidentielle 2017… mais si on va gagner !

Les électeurs de la Droite et du Centre disent avoir du mal à se remettre de la tornade politico-médiatique déclenchée autour de l’affaire Fillon. On les comprend et leur réaction prouve que l’opération a atteint son but. C’est pourquoi elle ne va pas s’arrêter de si tôt ! Tous les jours, les médias de gauche reprendront et rabâcheront les mêmes histoires pour saturer la réflexion du public, reprenant ainsi les méthodes éprouvées du fascisme, du communisme et de la manipulation des masses.
L’enjeu est en effet majeur pour la Gauche que l’on disait menacée de disparaître du paysage politique dès le premier tour de l’élection présidentielle. Eh bien, elle se bat avec ses armes, sans état d’âme, sans scrupules !
Et nous, la Droite et le Centre, on va rester l’arme au pied, tétanisés ?
Il est vrai que François Fillon a prêté le flanc à l’adversaire et qu’il s’est plutôt mal défendu. Mais on ne va quand même pas céder à la Gauche pour autant. Une Gauche dont on voit tous les jours où elle a conduit la France… Or, c’est bien de la France qu’il s’agit.
François Fillon a gagné la Primaire sur son programme et pas seulement sur sa bonne mine. Eh bien, c’est ce programme, indispensable à la France, qu’il faut absolument mettre en œuvre. Nous devons donc gagner avec F Fillon… Il n’y a pas d’alternative. Relevons la tête et le défi !

Plus de pilote dans l’avion

Il n’y a plus de pilote dans l’avion France.
Hollande, commandant de bord, a été « viré » du poste de pilotage. Valls, copilote, s’est retiré dans la soute à bagages ; les stewards et les hôtesses se disputent les parachutes de secours existants. Et les passagers, qui n’attendent plus rien, se préparent à leur dernière heure.
On est en plein film catastrophe.
Mais qu’a donc fait la France pour mériter ça ? Où est l’honneur de la politique ? Où s’est perdu le sens de l’État ? Qu’est devenu l’intérêt général, comme le respect dû aux
citoyens ?
Mais voilà qu’en dépit de tout ça, la Gauche, dans le décor, pérore encore et encore…