Actualités locales

Message adressé à Franck Simon, journaliste au Berry Républicain

Bonjour Franck,

Je relève dans le Berry Républicain de ce matin que le « peu de poids des décideurs locaux » expliquerait le désintérêt des leaders politiques nationaux pour le Cher !
Sans doute… et j’en suis d’autant plus convaincu que votre journal s’est attaché cette semaine à démontrer que je n’avais aucune influence sur les électeurs de ma circonscription… comme on en a la preuve depuis 30 ans !!!
D’ailleurs, les résultats de dimanche le prouvent encore avec un Macron, qui dans ma circonscription, ne parvient à dépasser Fillon que d’un point, et ce, en dépit de Bourges « macronisée », comme vous le savez, par une UDI déjà occupée« à la soupe ».
Mais permettez-moi une réflexion.
Quel intérêt les leaders politiques nationaux trouveraient-ils à se déplacer dans le Cher, département « sinistré » au plan médiatique, avec un unique journal au format départemental et pas de couverture télévisée ?
Ça ne vous interpelle pas ?
Je comprends que cela puisse ne pas vous faire plaisir, mais c’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés quand nous tentons d’attirer chez nous des « vedettes ».
Ceci étant dit, je vous indique que Laurent Wauquiez sera dans ma circonscription le 4 mai après-midi, notamment pour soutenir Wladimir d’Ormesson.
Mais ne vous sentez pas obligé d’en parler…
Cordialement
Y Fromion

Réforme des ZRR : le Gouvernement s’acharne pour le Pays-Fort

Après le difficile combat mené pour la réintégration du Pays Fort dans les Zones Défavorisées Simples et le dispositif des aides spécifiques (ICHN) qui s’y attachent, voici que ce malheureux territoire est confronté à une nouvelle attaque de ceux qui manifestement souhaitent sa perte.

Comme l’ensemble des parlementaires j’ai reçu il y a quelques jours un courrier de Monsieur Baylet, Ministre de l’aménagement du territoire de la ruralité et des collectivités territoriales, faisant le point sur la réforme, dont il a pris l’initiative, du dispositif des Zones de Revitalisation Rurales (ZRR), entrée en vigueur en 1995 à l’initiative de Charles Pasqua.

En savoir +

Réponse à monsieur Sorcelle

Bonsoir Monsieur,

Lors de l’Assemblée Générale de la FDSEA du Cher organisée à Brinay vendredi 10 mars vous m’avez interpellé pour vous féliciter, je vous cite, du bon travail que nous avons fait ensemble pour le Pays Fort, entendant par-là que vous vous attribuiez une responsabilité dans l’heureuse décision qui sauvegarde les intérêts des éleveurs du territoire avec le maintien de l’ICHN.

Vous avez noté ma surprise car je n’avais jamais eu connaissance que vous vous soyez occupé le moins du monde de ce dossier. Je n’ai d’ailleurs trouvé nulle trace, à quelque niveau que ce soit d’une quelconque action de votre part.

Prenez bonne note que je ne souhaite pas servir de faire-valoir ou de caution en dépit de mon plein gré dans l’intérêt d’une démarche de communication politico-électorale à votre profit.

J’ai passé l’âge des naïvetés !

On me dit que vous avez été un professionnel de la communication, notamment dans les laboratoires Servier fabricants du Médiator de sinistre réputation, dont la presse nous reparle en ce moment.

Vous savez donc comment on appelle la communication abusive.

Yves FROMION

L’Agriculture en Pays Fort ne sera pas sacrifiée

L’agriculture en Pays Fort ne sera pas sacrifiée…

Accompagné d’une délégation de la FDSEA du Cher, composé d’Arnaud Lespagnol, son Président, de Thierry Charpentier et Isabelle Pintenat, j’ai été reçu ce matin par Monsieur Julien Turenne, Chef du service Compétitivité et Performance environnementale du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, pour évoquer les conséquences désastreuses pour le Pays Fort-Sancerrois, de la réforme des « zones défavorisées simples ».

De cette rencontre, il ressort :

  1. Qu’une solution préservant les intérêts des exploitants agricoles du Pays Fort a été élaborée et qu’elle est en passe d’être mise en œuvre. Celle-ci repose sur la double prise en compte du caractère géographique bocager du territoire, et sur l’importance de l’emploi agricole.
  2. Que l’effectivité de cette nouvelle approche doit être validée par une réunion ministérielle prévue courant avril, pour en arrêter les aspects budgétaires.
  3. Qu’il y a donc matière à considérer que, grâce à la mobilisation qui a été forte, la menace qui pesait sur l’agriculture et l’élevage du Pays Fort est aujourd’hui écartée.

Dans le contexte si difficile que connaît l’agriculture du Cher, voici une bonne nouvelle.

Saisine de Mme la Préfète au sujet des conséquences de la réforme des ZDS

Madame la Préfète,

Lors de notre rencontre en Préfecture le 16 janvier, j’ai appelé votre attention sur les conséquences désastreuses pour l’élevage en Pays-Fort de la réforme en cours des « Zones Défavorisées Simples » (ZDS) initiée par l’Union européenne et mise en œuvre par le Ministère de l’agriculture. Je sais que vous êtes informée de cette problématique.

La méthodologie de classement en Zones Soumises à Contraintes Naturelles (ZSCN) a conduit dans notre département, par un fusionnement technocratique du Pays-Fort et du Sancerrois qui n’ont pourtant guère de traits communs en matière agricole, a un déclassement de cette zone et par conséquence à son exclusion de la catégorie ZSCN. En effet, en faisant la moyenne des revenus fusionnés des exploitations agricoles du Pays-Fort et du Sancerrois on obtient un résultat suffisamment élevé pour que le dispositif d’Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel ne trouve pas de légitimité à s’appliquer !!!

En matière d’aberration technocratique on peut difficilement trouver mieux. Qui oserait en effet comparer les revenus d’une ferme du Pays-Fort et ceux d’une exploitation viticole sancerroise ?

Donc les éleveurs du Pays-Fort ne pourront plus prétendre à l’Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel qui représente pourtant une part très significative dans l’équilibre financier fragile de leurs exploitations.
Plus extraordinaire encore, la quasi-totalité des terres agricoles du Cher, dont la Champagne berrichonne où les bovins sont aussi nombreux que les autruches en Antarctique, peut prétendre à l’ICHN, ce qui n’a aucun intérêt ni aucun sens !

Pour qui connaît la situation de l’élevage dans notre département et notamment en Pays-fort, il ne fait aucun doute que cette admirable réforme signe l’arrêt de mort des agriculteurs-éleveurs avec pour corollaire les inévitables drames sociaux et l’intensification de la désertification rurale déjà en marche. Alors même que l’agriculture dans notre département traverse une crise d’une ampleur inégalée, aux conséquences redoutables, on ne peut laisser porter un nouveau coup à cette activité.

C’est la raison pour laquelle, Madame la Préfète, il convient d’appeler à une mobilisation de tous les acteurs, notamment au niveau gouvernemental, pour éviter la catastrophe qui s’annonce.

Je me tiens bien entendu à votre disposition pour accompagner votre action en vous remerciant de la suite qui sera donnée à ma démarche.

Veuillez agréer, Madame La Préfète, l’expression de ma haute considération.

Courrier à Mme la Préfète au sujet de la disparition de l’antenne de la DDT des Aix d’Angillon

Madame la Préfète,

Vous avez bien voulu m’informer de votre décision d’interrompre l’activité du site de la Direction départementale des territoires des Aix d’Angillon. Je vous en donne acte.

J’observe une nouvelle fois que la parole de l’Etat dans ce département n’engage que ceux qui y croient en l’occurrence plus personne !

Lors du regroupement aux Aix d’Angillon des services de l’ex DDE implantés dans le nord du département les assurances les plus formelles avaient été données que ce mouvement serait pérenne afin que soit maintenus dans une relative proximité les services indispensables aux élus et aux habitants. On voit ce qu’il en est advenu…

Mais on se rassure, car à chaque intervention publique des représentants de l’Etat on nous affirme que celui-ci s’attache à accompagner « au plus près » les habitants et leurs élus dans leurs démarches quotidiennes. L’expression « au plus près » s’inspire sans doute des équations relativistes d’Einstein. Dès lors relégués aux confins de l’Univers administratif, les Maires du Cher nord pourront utiliser les antennes du Radiotélescope de Nançay pour communiquer avec la Préfecture de Bourges… A moins que comme Donald Trump on tweete les permis de construire en 140 signes !!!

Quand l’Etat « fout le camp », la Démocratie lui emboite le pas comme on l’a toujours vérifié.

Je vous prie d’agréer, Madame la Préfète, l’expression de ma haute considération.